logo cantigas chorale crolles

groupe médiéval cantigas chorale crolles
chorale crolles chorale crolles

   Et pourquoi donc 'Cantigas' ?
Les 'Cantigas de Santa Maria' sont un recueil manuscrit, encore appelé 'codex', constitué entre 1250 et 1282 à la demande du roi Alphonse X le Sage.


   Et pourquoi donc 'atelier' ?
Avec le répertoire médiéval, tout est à construire, en respectant toutefois des règles d'interprétation. Un peu à la manière d'un ensemble de jazz face à son recueil de standards.

Les chants du Moyen-Âge n'étaient pas écrits avec autant de détails d'interprétation que ce que l'on connaîtra à partir de la fin du XVème siècle, au début de la période de la Renaissance.
Pas de partition bien classique à quatre portées, pas de voix plus particulièrement pour femmes ou hommes, etc.

Le répertoire de l'atelier médiéval Cantigas parcourt l'ensemble de la période musicale médiévale, depuis le plain-chant de l'an 1000 jusqu'aux pièces annonciatrices de la Renaissance et de la musique qui nous est plus familière.

Constitué en janvier 2015, l'atelier médiéval 'Cantigas' n'est cependant pas parti de rien.
Depuis 2004, pour chacune des fêtes médiévales du Château de Montfort organisées par nos amis 'Les Raisonneurs de pierre' à Crolles, quelques chanteurs de 'La Manfredina' maintenaient pour cette occasion un répertoire spécifiquement médiéval.

L'idée est alors venue de créer un ensemble stable pour poursuivre le travail fait depuis toutes ces années et être en mesure de proposer des concerts à d'autres moments et en d'autres lieux que ceux de ces fêtes médiévales.

L'atelier médiéval regroupe une dizaine de chanteuses et chanteurs, d'horizons différents.
Nous voulons également associer à notre musique des instrumentistes qui pratiquent les instruments de l'époque médiévale : flûte à bec, chalémie, cornemuse, vièle, percussions, harpe etc.

Si vous souhaitez en savoir plus, ou encore mieux, chanter quelques uns de ces Cantigas de Santa Maria et bien d'autres encore de ce répertoire médiéval, venez nous rejoindre !

Mais soyez rassurés, nous ne parlons pas latin entre nous ...